JEAN ET LE TRESOR DU BONHEUR

Publié le par Amaury 6°C

110_F_11908109_UzBVsLwxlPHxGtaSZLcpHBNgBQWhVkGq.jpg

 

 

Il était une fois un prince nommé Jean. Il était très grand, aux cheveux blonds et maniait extrêmement bien l’arc. Il était heureux et ne manquait de rien ; Mais un jour, son père, le Roi, entra en guerre avec un pays voisin.

 

Le Roi enrôla énormément d’hommes pour constituer son armée mais il manquait d’argent pour payer le matériel. Il demanda à son fils, Jean, de récupérer le trésor du bonheur, situé dans un royaume inconnu, perdu et protégé par un dragon cracheur de feu.

 

Jean accepta et sortit du château pour aller voir son petit lutin rouge. Le lutin lui fit apparaître un cheval très rapide, Jean dit au revoir à ses parents et, en un éclair, il partit avec son lutin, son épée et son cheval.

 

Après avoir bien galopé, ils s’arrêtèrent à coté d’une source et, la nuit venue, ils s’endormirent. Le matin, ils se réveillèrent et, vers midi, une bande de brigands leurs tombèrent dessus. Ils étaient armés de lances d’épées et de massues. Le petit lutin se cacha dans la poche de Jean. Le chef ordonna à Jean de lui donner tout ce qu’il possédait.

 

Jean refusa et sortit son arme. Le chef commença à prendre le cheval de Jean. Celui-ci lui coupa la tête avec son épée. Soudain, tous les brigands se ruèrent sur Jean mais ce dernier les tua tous. Ils purent enfin continuer leur chemin.

 

Ils s’arrêtèrent pour chasser et manger dans une clairière. Jean laissa son cheval brouter, alluma un feu, fit cuire la viande, en donna un morceau au lutin. Ils mangèrent tranquillement. Après ce repas, les trois héros repartirent et arrivèrent devant une rivière de sable mouvant.

 

Ils s’arrêtèrent et Jean demanda au lutin de lui faire apparaître un panier et une corde. Le lutin s’exécuta et en moins d’une seconde le panier et la corde étaient déjà accrochés à un arbre surplombant la rivière. Le cheval monta dans le panier et passa par-dessus la rivière. Le lutin fit de même et vint au tour de Jean. Quand il passa le filet craqua et Jean fut obligé de s’accrocher à la corde, qui n’avait pas craqué pour passer au dessus de la rivière. Après ce passage difficile, la petite équipe repartit et s’arrêta pour la nuit à la lisière de la forêt.

 

Le lendemain, à l’aube ils aperçurent une chaîne de volcans en éruption. Ils empruntèrent le seul pont pour enjamber le plus gros volcan quand celui-ci céda à cause de la chaleur de la lave qui brûla une partie du pont. Le cheval et le lutin se retrouvèrent sur une partie du pont et Jean de l’autre !!!

 

Jean saisit son courage à deux mains et escalada le reste du pont pour revenir sur le bord. Il remonta et traversa sur un autre pont d’un autre volcan un peu plus loin. Il rejoignit le reste de l’équipe et ils reprirent leur chemin.

 

Ils s’arrêtèrent à nouveau pour manger. Jean, comme d’habitude, laissa son cheval brouter et fit frire du poisson. Ils repartirent mais en laissant leur feu allumé à côté d’un gros tas de bois, à quelques mètres seulement de la forêt !

 

Dès qu’ils furent entrés dans la forêt, le feu avait déjà entamé le gros tas de bois et commençait à allumer quelques branches d’arbres verts ! Ils se mirent à courir très vite dès qu’ils sentirent la chaleur venir. A la nuit venue, ils avaient déjà traversé la forêt et étaient entrain de contempler le feu, quelques lieues plus loin.

 

Ils s’arrêtèrent dans une cabane délabrée au milieu d’une plaine la réparèrent pour la nuit et, pour une fois, jean fut content de dormir sous un toit. Toute la petite équipe dormit très, bien même le cheval.

 

Le lendemain, ils s’aperçurent qu’ils étaient en vue du château du dragon et, ayant repris courage, ils avancèrent plus vite que les autres jours.

 

Arrivés devant la monstrueuse porte composée de gros pics pour empêcher les chevaliers d’entrer, ils commencèrent à avoir peur et le cheval tremblait de tous ses membres. Jean tira la cloche qui était accrochée au mur et la servante du dragon apparut et dit :

 

 - Partez vite car le propriétaire de ce château n’est autre qu’un dragon ! Partez vous dis-je partez vite avant qu’il ne soit trop tard !!!

 

 - Nous sommes à la recherche du trésor de ce château et c’est pour mon père que je dois le récupérer. Laisse-nous entrer ! 

 

La servante les laissa entrer en leur recommandant de faire attention et notre petite équipe entra dans le château. Dans l’entrée, il n’y avait rien, dans la salle à manger la table était mise mais toujours rien.

 

Quand ils entrèrent dans la cuisine, ils se trouvèrent nez à nez avec le monstrueux dragon qui était entrain de préparer une grosse marmite pour le prochain chevalier qui essaierait de récupérer son trésor. C’est là que commença la bataille !!!

 

Le dragon attrapa le cheval, le ficela et le mit au cachot puis il courut dans tout le château sans retrouver Jean et le lutin qui étaient en fait sur son dos !!! Jean retira son épée de son fourreau et coupa une des oreilles du dragon !

 

Ce dernier, fou de douleur et de rage, attrapa Jean avec sa queue et le fit tournoyer au dessus de sa tête pour qu’il finisse par atterrir dans une oubliette. Heureusement le dragon manqua son coup et Jean s’écrasa contre un mur et perdit connaissance. Il ne restait plus que le lutin !!!

 

Le lutin grâce à sa petite taille, avait du mal à se faire attraper par le dragon qui courait après lui. Sans que le dragon ne le remarque, il fit un demi tour très rapide pour pouvoir monter sur le dos du dragon et lui couper la tête avec son petit couteau. Il y arriva et commença à lui fendre le cou. Au départ, le dragon ne sentit rien tellement le couteau du lutin était petit !

 

Mais petit à petit, il voyait du sang couler le long de sa figure et sentit que, sur son dos, il se passait quelque chose. Il se retourna et vit le lutin avec son couteau entrain de lui couper la gorge ! Très vite, le lutin descendit du dos du dragon et passa en dessous de sa tête pour en finir avec lui. Avant que le lutin ne lui plante son couteau dans la gorge il cracha une grosse boule de feu qu’il évita.

 

Le lutin put enfin planter son couteau dans la gorge du dragon qui poussa un grand cri et mourut quelques secondes après.

Il alla réveiller Jean et délivrer le cheval. L’équipe étant à nouveau réunie, ils commencèrent à chercher le trésor.

 

Après plusieurs heures de recherches ils le trouvèrent enfin dans la plus haute tour du château, aux pieds d’une ravissante princesse. Jean, séduit, lui demanda son prénom et la permission d’emmener le trésor en disant :

 

 - Princesse, je suis un noble chevalier et je viens récupérer ce trésor à la demande de mon père. J’aimerais connaître votre prénom.

 

 - Je m’appelle Blanche de la Tour et je suis prisonnière de ce terrible et monstrueux dragon. Comment avez-vous pu entrer dans ce château sans vous faire croquer par ce dragon ?

 

 - Mon lutin, que vous voyez ici, l’a tué ce qui veut dire que vous êtes libre ! Puis-je vous demander votre main ?

 

 - J’accepte d’être votre femme et de demeurer chez votre père pour toujours car vous et votre glorieuse équipe, vous m’avez sauvée !

 

 - Je vous y emmène le plus vite possible ! Cria le cheval qui avait retrouvé sa magie.

 

En un clin d’oeil toute l’équipe, composée maintenant de quatre personnes, Jean, Blanche, le lutin et le cheval refirent le chemin inverse. Ils rentrèrent rapidement au château, sur le dos du cheval, pas du dragon cette fois-ci ! Ils ne rencontrèrent aucun obstacle. En deux nuits et deux jours, la glorieuse équipe était revenue au château du Roi avec le trésor.

 

En les apercevant, le Roi sortit de son château et serra son fils dans ses bras. Jean lui présenta Blanche et aussitôt, le mariage fut célébré. Le Roi utilisa tout l’or ramené pour s’acheter des tonnes et des tonnes de matériaux guerriers pour en finir avec son ennemi.

 

L’ennemi fut vaincu, le Roi et surtout Jean étaient craints de toutes parts ! Grâce à cet avantage, le royaume vécut en paix et quand il succéda à son père,  Jean et Blanche demeurèrent heureux et eurent beaucoup d’enfants.

 

Publié dans CONTES

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
H
<br /> <br /> super Amaury ce conte ,l'histoire se termine très bien.<br /> <br /> <br /> Clotilde  houen<br /> <br /> <br /> <br />
Répondre