LES IRREDUCTIBLES

Publié le par Amaury R. 5°B

ASTERIX.jpg

 

 

LA DEFAITE DES IRREDUCTIBLES

 

LA FIN D’ASTERIX

 

Astérix et Obélix sont de retour de leur dernière aventure et, au contraire de leurs habitudes, le village n’est pas tranquille. D’immenses légions de romains sont arrivées avec à leur tête le meilleur général de César : Cumulus. Le petit village a malheureusement un gros problème : le druide a oublié la formule de sa potion magique. Il teste de nombreuses formules durant toute la nuit mais sans succès. Le lendemain, il déclara :

 

« -Il va falloir combattre sans cette potion. Je suis trop vieux et j’ai définitivement oublié la formule. »

 

Tous rentèrent chez eux tristes et dépités. Le lendemain, l’assaut des troupes romaines commença. Le général Cumulus, du haut de sa tour criait des ordres incompréhensibles, les valeureux gaulois reculaient petit à petit et rentrèrent dans leur village. Ils se défendirent toute la nuit mais le lendemain, la lourde porte céda et les troupes romaines entrèrent dans le petit village.

 

Ils massacrèrent quasiment tout le monde. Seul six hommes et Idéfix  sont restés :

 - Le vieux Agecanonix qui  criait : « ça y est ! C’est Alésia 2 !!! »

 - Ordralphabétix qui tapait sur les romains avec ses poissons pas frais.

 - Le druide Panoramix qui se morfondait car il avait oublié sa formule

 - Le barde Assurancetourix qui chantait des cantiques ce qui ne faisait qu’empirer les choses (il chantait bien faux comme d’habitude)

 - Astérix qui se ruait encore et  toujours contre les romains et

 - Obélix qui avait fait de gros dégâts dans les troupes ennemies et qui continuait.

 

Malheureusement, le pire arriva : le pilum d’un romain transperça le cœur d’Astérix qui était à bout de force. Il tomba par terre et mourut.

 

D’un coup, Obélix arrêta la bataille et, profitant de cet arrêt, les romains incendièrent le village. Les 5 hommes et Idéfix étaient accroupis autour de leur héros. Ils pleuraient. Sans trop réfléchir, ils se mirent à fuir vers la forêt. Eux, ceux qui étaient irréductibles, jamais vaincus, ils fuyaient.

 

Ils commencèrent à enterrer Astérix. Les Romains ne les poursuivaient même pas. Ils constituaient leur butin. Obélix était derrière un arbre. Il murmurait : 

 

« - Pauvre Astérix, que vais-je faire sans lui ? »

 

A la fin de l’enterrement, Panoramix implora Bélénos et Toutatis de remettre en vie leur fidèle  ami mais sans succès. Obélix prit un morceau de bois et y grava :

 

Astérix Gaulois irréductible

-7O - 45

 

 

ASTERIX REVIT

 

 

Ils rentrèrent pour se rendre compte des dégâts de leur village car les romains étaient partis. Par chance, le druide retrouva quelques produits pour pouvoir fabriquer une potion qui fait revivre. Il la prépara devant l’air ahuri des autres survivants.

 

 

Quand il eut finit, il partit dans la forêt, sortit le corps d’Astérix de terre, lui fit boire sa mixture et brusquement, Astérix revint à la vie. Il se demandait  ce qui c’était passé mais quand il arriva au village, du moins ce qu’il en restait,  les autres lui racontèrent et il comprit.

 

 

Ils commencèrent à se concerter pour savoir comment ils allaient faire pour récupérer la recette de la potion magique.

 

 

HOURRA !!!

 

Panoramix et les autres réfléchissaient pendant qu’Obélix chassaient des sangliers. Soudain, Panoramix se souvint qu’à sa précédente réunion des Carnutes, les druides avaient noté la formule de la potion magique. Quand Obélix fut  revenu, il repartit immédiatement avec  Astérix pour aller voir Philosophix le plus grand ami druide de Panoramix.

 

 

Ils revinrent trois jours après avec la fameuse recette de cette fameuse potion. Panoramix envoya 3 des 5 autres hommes pour appeler les autres Gaulois, les Bretons, les Belges, les Hispaniens, les Corses… pour se préparer à une grande, magnifique, éclatante, immense bataille. 

 

 

Ils s’étaient donné un point de rendez-vous et, dès que tout le monde fut arrivé, ils commencèrent à marcher, Astérix en tête suivit d’Obélix. Ils marchaient vers où ? Eh bien ils marchaient vers Rome !

 

 

LA FIN DE ROME

 

 

LE VOYAGE

 

 

Astérix et Obélix sont donc à la tête de cette immense armée d’environ 300 000 hommes. Le voyage est pour l’instant tranquille. Ils suivent la voie romaine IV, espérant ainsi rencontrer des Romains pour leur mettre une bonne raclée.

 

 

Ils continuaient d’avancer et ils passaient dans les villes entraînant ainsi de nombreux Gaulois à leur suite. Quand ils arrivaient devant un camp romain, ils fondaient dessus et le centurion n’avait pas encore  dit Oups que son camp était rasé et que sa tête était  couverte de bosses. Grâce à la potion magique du druide qui avait retrouvé le sourire, l’immense armée était invincible. A la fin de leur joyeux et tranquille périple, ils arrivèrent à Rome.

 

 

LA GRANDE BATAILLE

 

 

Astérix commença à répartir les guerriers autour de l’antique métropole et le siège commença.

 

 

Au bout de 3 mois, les Romains tentèrent une sortie. Brusquement, les Gaulois se ruèrent sur eux et  la bataille commença.  Les Gaulois firent rentrer les légionnaires dans l’immense ville. Ils frappaient les Romains mais ceux-ci ne cédaient pas. Le sang coulait à flot et les pertes étaient importantes et, un jour, les Gaulois se replièrent.

 

 

Après 2 jours de repos, ils repartirent à l’attaque et, les Romains, persuadés qu’ils étaient définitivement partis et ne s’attendant pas à une offensive si  brusque ne purent repousser les gaulois qui avaient la rage de vaincre.

 

 

Rome fut envahie incendiée et pillée, les Romains étaient massacrés seuls Astérix, Panoramix, Obélix et son chien Idéfix cherchaient quelqu'un de précis, de très précis, quelqu'un dont ils voulaient se venger : L’EMPEREUR !

 

 

LA RECHERCHE

 

 

Pendant que les derniers Romains étaient poursuivis, par les Gaulois et tous les autres peuples,  nos 3 amis Gaulois, après avoir fouillé le forum, les boutiques encore debout et les termes, se dirigèrent vers le palais Impérial.

 

 

En chemin, Obélix vit une auberge avec une enseigne indiquant : spécialité : sanglier rôti. Il avait un petit creux et pouvait engloutir encore 2 ou 3 de ces succulents sangliers. Il s’arrêta donc dans cette auberge, engloutit les 3 sangliers à une vitesse surprenante, paya l’aubergiste et rattrapa ses 2 amis qui n’avaient pas vraiment eu le temps d’avancer bien loin.

 

 

LA FUITE DE L’EMPEREUR

 

 

Arrivés au Palais, ils entendirent une voix qui cria :

« Vite !!! Mon char, mes 2 meilleurs chevaux et 3 de mes meilleurs gardes !!! Vous, Grotadepus, vous resterez avec 20 gardes pour les ralentir s’ils arrivent ! Je pars, Avé Moi ! »

 

 

Ils reconnurent tout de suite la voix de Jules César et se cachèrent derrière une colonne car une patrouille de 4 hommes arrivait. Obélix qui ne pouvait résister à la tentation prit les 4 Romains, les fit tournoyer en l’air,  les posa par terre, les roua de coups puis les envoya crever le plafond.

 

 

En entendant ce vacarme, les 20 hommes accompagnés de Grotadepus leur sautèrent dessus. Astérix, Obélix et son chien Idéfix  s’offrirent une belle bataille tandis que Panoramix les regardait, assis sur le trône de César.

 

 

A la fin de ce petit combat, les trois Gaulois empruntèrent un char et partirent à la poursuite de César. Ils finirent par le rattraper car il s’était arrêté pour prendre un verre à la taverne du coin.

 

 

Quand il les vit arriver, César remonta sur son char et repartit au triple galop. Ils galopèrent  5 nuits et  jours jusqu’au moment où Obélix eu faim. Ils s’arrêtèrent donc à une auberge qui était au bord de la route mais Obélix qui était fatigué s’endormit après avoir avalé ses sangliers. Ce fut une morsure d’Idéfix qui le réveilla mais trop tard car arrivés dehors, les 3 amis ne voyaient plus le char de César à l’horizon : l’infâme empereur s’était enfui !!!

 

 

LA FIN DE L’EMPEREUR

 

 

LES RETROUVAILLES

 

Les trois Gaulois rentrèrent chez eux dans leur village tout cassé. Quand ils furent arrivés, Agecanonix, Ordralphabétix et Assurancetourix les attendaient. Ils leur apprirent que César voulait se venger d’eux car ils leur avaient fait perdre sa capitale, son armée et son Palais. Ils leur apprirent aussi qu’il était dans la région et qu’il préparait son coup dans la forêt.

 

 

Tous les 6 se mirent à réfléchir à un plan pour à la fois protéger le secret de la potion magique car ils étaient sûrs que c’était ce que César recherchait et  pour anéantir cet infâme empereur.

 

 

Après avoir choisi leur plan qui consistait à se cacher dans la forêt et à prendre César par surprise, Panoramix fit revivre avec la même potion que celle qu’il avait utilisée pour Astérix tous les cadavres de leurs amis.

 

Une fois tous les gaulois de nouveau au complet, Astérix leur expliqua le plan et ils s’exécutèrent. Ils commencèrent par cerner la forêt puis se cachèrent derrière les buissons et commencèrent à avancer. Arrivés au cœur de la forêt ils entendirent la voix de César qui discutait avec cumulus. Astérix s’approcha et son regard croisa celui de César qui le reconnut aussitôt.

 

 

LA FIN

 

D’un coup, il bondit dans un arbre et cumulus fit de même. Ils encerclèrent les 2 arbres puis Obélix se chargea de les abattre. César, sachant qu’il était perdu demanda :

« Qu’allez vous faire de moi ? »

Abraracourcix, le chef du village qui était revenu à la vie lui répondit :

« Nous allons te juger ! »

Sitôt dit, sitôt fait : dans le village toujours aussi délabré, un tribunal s’organisa :

 - Juge : Abraracourcix

 - Avocat : Obélix

 - Témoins  et accusateurs : Panoramix et Astérix.

 

Pendant le procès, césar n’eut pas le moindre instant de parole et son avocat ne disait rien car il était pressé que cette aventure  se termine pour que le traditionnel banquet ait lieu le plus vite possible.

 

Pour conclure, Abraracourcix déclara :

« Caius Julius César le TCA (Tribunal Correctionnel d’Armorique) vous condamne vous et votre ex-meilleur général à reconstruire notre village et à devenir druides adjoints au service de Panoramix. Toute trahison ou toute fugue sera punie de la peine de mort. »

 

Ainsi fut fait : les  2 pires ennemis des irréductibles reconstruirent le village et devinrent druides adjoints et, à partir de ce jour, il n y eut plus ni romains ni empereurs et tous le monde était content… sauf Obélix bien sur !!!

 

FIN

 

AMAURY R. 5°B

 

 

Publié dans NOUVELLES

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article